Astro NGC44

Un astronome amateur sous Linux

Saturne du 24 juin 2017, ma première photo

Rédigé par NGC44 Aucun commentaire

Ce soir du 24 juin j'avais très envie de tester ma nouvelle caméra ZWO ASI120MC, j'ai donc sorti l'Intes malgré les prévisions pessimistes de la météo et j'ai bien fait car j'ai pu imager Saturne :

Saturne
Ma première photo !

Alors oui c'est pas terrible, c'est petit, il n'y a pas beaucoup de détails, mais je débute et il s'agit de ma toute première image. La capture a été faite sur Debian avec Planetary Imager et j'ai sélectionné cette photo parce qu'on discerne la division de Cassini.

EDIT : je n'ai pas réussi à traiter les images sous Registax, en revanche AutoStakkert! m'a donné un meilleur résultat :

asi120mc
Après traitement

On distingue beaucoup mieux la division de Cassini ainsi qu'une bande nuageuse !

La caméra ASI120MC est plutôt sympathique même si j'ai eu un peu de mal à retirer l'objectif fisheye car il n'y a pas de manuel qui explique comment. En fait il faut simplement le dévisser puis le remplacer par l'adaptateur 1,25" afin de pouvoir mettre la caméra dans le porte-oculaire.

asi120mc
La ZWO ASI120MC et son objectif fisheye

Sur l'ordinateur j'ai alors obtenu une image assez grosse de Saturne (probablement > 200x) qui bougeait plutôt vite puisque je n'ai toujours pas d'alimentation pour la monture, j'ai donc du la replacer régulièrement au centre à l'aide de la molette d'ascension droite. Après avoir testé les réglages j'ai pu lancer quelques captures au fil de la soirée.

Après avoir récolté suffisamment d'images j'ai terminé avec un peu de visuel : M13 et M57 avec une veste sur la tête pour me cacher de la lumière tout en étant assis sur le sol. Ces objets étant assez hauts dans le ciel, l'observation assis se révèle plutôt confortable !

J'espère apprendre prochainement comment améliorer mes captures et retoucher les images, le blog devrait alors prendre vie et se peupler de nombreuses photo.

Souvenirs, épisode 1 : New Horizons et le survol de Pluton en 2015

Rédigé par NGC44 Aucun commentaire

Le 14 juillet 2015 la sonde spatiale New Horizons survola la planète naine Pluton et ses satellites, dévoilant pour la première fois des images haute résolution de sa surface et récoltant de précieuses données.

Logo mission New Horizons

Rares sont les gens qui s'en rendent compte, mais c'était un moment historique, un grand pas en avant dans l'histoire de l'exploration de l'espace, parce qu'avant on ne connaissait pas beaucoup de détails de la surface de Pluton. En effet, comment observer à des milliards de kilomètres un objet bien plus petit que la Lune ? Réponse : c'est très difficile, et même les meilleures images fournies par Hubble ne permettaient pas de résoudre de détails.

Avant New Horizons, Pluton c'était ça :

Telrad
Pluton vue par Hubble en 2006

Et ça :

Telrad
Pluton vue par Hubble en 2010

Je me rappelle m'être posé beaucoup de questions sur l'apparence de Pluton, est-ce que la réalité allait coller aux vues d'artiste ? Allions-nous avoir des surprises et découvrir que Charon est en fait un relai cosmodésique pris dans la glace comme dans la saga des Mass Effect ?

Et puis les premières photo arrivèrent et nous montrèrent le cœur, des plaines, des vallées, des dunes, des montagnes, des bassins, des relief... et surtout, une atmosphère plus épaisse et impressionnante que prévu ! Honnêtement je m'attendais à un paysage lunaire couvert de cratères, j'étais loin d'imaginer quelque chose d'aussi beau.

Telrad
Pluton vue par New Horizons en 2015
Telrad
L'atmosphère de Pluton vue par New Horizons en 2015

En quelques jours Pluton est passée du statut de planète déclassée peu intéressante à l'un des plus beaux objets du système solaire. Lointaine et isolée, sa surface semble pourtant géologiquement jeune avec une activité cryovolcanique, ce qui soulève beaucoup de questions et n'a pas fini d'alimenter notre curiosité et nos fantasmes.

New Horizons m'a fait rêver et je n'ai pas été déçu, je me rappellerai toujours que j'ai connu l'avant et l'après, comme ceux qui ont vécu le survol d'Uranus et Neptune par Voyager 2. J'ai presque hâte d'être à 2019 pour le survol de 2014 MU69 !

Telrad mon amour

Rédigé par NGC44 Aucun commentaire

J'ai beaucoup de mal avec les chercheurs. Par exemple quand je veux voir M57 j'ai envie de pointer mon télescope entre les deux étoiles de la Lyre, sauf que le chercheur ne me montre pas où je vise, tout ce que je vois c'est un ensemble d'étoiles non visibles à l’œil nu et cela ne m'aide pas. Alors je sais que l'utilisation d'un chercheur se fait avec les deux yeux, mais c'est beaucoup de complications d'autant que le réticule n'est pas visible dans l'obscurité.

Du coup j'ai très rapidement commandé un Telrad chez l'astronome.fr ce dernier est arrivé en un peu moins d'une semaine et il s'est vite retrouvé sur l'Intes M603 même si j'étais au début réticent à "coller" des choses dessus (le support de fixation utilise des bandes adhésives double-face).

Telrad
Le kit
Telrad
Cliquez sur l'image pour agrandir
Telrad
Cliquez sur l'image pour agrandir

Le Telrad, c'est la vie, c'est l'amour, tout est tellement plus simple. J'ai pu orienter facilement le télescope entre les deux étoiles de la Lyre et trouver M57 dans l'oculaire, même chose pour Hercules et son amas globulaire M13 quelques instants après. J'en viens à me demander pourquoi les télescopes sont toujours vendus avec des chercheurs, je n'en vois vraiment pas l'utilité face à la simplicité d'un Telrad beaucoup plus intuitif à régler et à utiliser.

L'observation de M13 et M57 fut surprenante, je m'attendais à voir clairement le premier et beaucoup moins bien le second, en fait ce fut l'inverse. L'amas d'hercules M13 était bien visible mais je n'ai pu le résoudre alors que c'est un objet assez évident. Quant à M57 avec un grossissement important je distinguais presque clairement l'anneau de fumée légèrement étiré ce qui est assez surprenant pour un télescope de 150mm. Les prochaines observations, si elles se font dans un meilleur spot (c'est à dire pas entre deux immeubles en ville) me donneront peut-être un meilleur résultat pour M13.

Première sortie de l'Intes M603

Rédigé par NGC44 Aucun commentaire

Samedi 10 juin j'ai sorti l'Intes M603 pour la première fois. Le but étant de tester le matériel, je suis resté dans l'espace vert de ma résidence en ville, entre deux immeubles, ce qui constitue donc un spot assez mauvais mais en fait pas tant que ça car l'horizon Est est relativement dégagé, ce qui tombe bien puisqu'on a pas mal d'objets intéressants en ce moment : l'anneau de la Lyre (M57), l'amas d'Hercules (M13) mais aussi et surtout Saturne et la Lune qui constituent des cibles faciles. Jupiter ne m'était pas accessible car je n'avais pas une vue dégagée au Sud. Et je rajoute que je n'avais que deux oculaires : le 9mm (166x) et le 6mm (250x).

Le début a été un peu compliqué car je ne parvenais pas à faire la mise au point, j'avais beau aller en butée à chaque extrémité, l'image (un immeuble au loin) n'était jamais nette. J'ai ensuite réalisé que j'utilisais l'oculaire 6mm au lieu du 9mm (les boites étaient inversées), ça n'aide pas, j'ai donc mis le 9mm et j'ai pu enfin faire la mise au point. Ce contretemps m'a au moins permis d'observer la figure d'airy sur une étoile et de constater que la collimation était parfaite.

J'ai ensuite entrepris de régler le chercheur mais j'ai rapidement compris qu'il était plus que moyen. En effet son placement gêne quand on vient regarder à l'oculaire, il ne cesse de bouger dans son rail, et enfin je n'arrive pas à voir correctement même en faisant la mise au point. Le lendemain j'ai commandé un Telrad...

Mon attention a été attirée par un objet brillant au dessus de l'horizon Est, c'est bien entendu Saturne, j'ai donc pointé le tube dessus et découvert la planète avec son anneau mais peu de détails visibles car trop basse. Mais c'était quand même cool de reprendre l'astronomie après presque 10 ans et avoir droit à Saturne, c'est royal.

J'ai décidé de chercher l'anneau de la Lyre (M57), mais ce fut un échec, je ne suis pas parvenu à le trouver. Je vois à cela plusieurs causes : le chercheur avec lequel j'ai beaucoup de mal, l'éclairage public et la Lune qui rendent difficile le repérage de la Lyre, mes oculaires trop sombres, et simplement le fait que ce n'est pas un objet facile à trouver (pas visible à l’œil nu). Même punition pour l'amas d'Hercule, cette fois je voyais bien la constellation mais je ne suis pas parvenu à le trouver. Là encore je compte sur les oculaires 16mm et 30mm qui doivent arriver prochainement.

La soirée d'observation s'est terminée avec la Lune - sur laquelle il y avait peu de détails à voir car elle était pleine - puis à nouveau sur Saturne un peu plus haute et donc plus permissive. Le grossissement 166x (9mm) était toujours le plus confortable mais le 250x (6mm) n'était pas pour autant inexploitable. J'ai pu voir la division de Cassini.

C'était la reprise de l'astronomie et la découverte de l'Intes qui s'est montré plutôt convaincant en planétaire mais malheureusement je n'ai pas pu le tester en ciel profond. Le Telrad est les oculaires grand champ me donneront plus de chances d'y arriver la prochaine fois !

Ouverture du blog

Rédigé par NGC44 Aucun commentaire

Bienvenue chez l'astrogeek nantais :)

Au travers de ce blog sans prétention je compte partager quelques idées, parler bien entendu d'astronomie et d'exploration spatiale, de souvenirs, et pourquoi pas partager quelques photos si j'arrive à me lancer dans l'astrophoto planétaire ! Étant adminsys de métier il y aura peut-être quelques articles furtifs parlant d'informatique.

En attendant n'hésitez pas à faire un tour dans les liens de la navbar en haut de page :

A bientôt et bon ciel !

Fil RSS des articles